Métro du Grand Paris : « l’heure n’est pas aux lamentations » – (Montchalin, LREM) – 22 février 2018 15:01 – AFP :

La députée (LREM) de l’Essonne Amélie de Montchalin estime que « l’heure n’est pas aux lamentations mais à la mobilisation » et appelle avec Cédric Villani à un « plan de transports d’urgence », après l’annonce jeudi du report à 2027 de la ligne de métro desservant Saclay.

« L’heure n’est pas aux lamentations mais à la mobilisation, à un regard lucide, à une réflexion intense », a déclaré à l’AFP Mme de Montchalin.

« C’est sûr que ce n’est pas l’arbitrage que j’attendais, tout le plateau de Saclay attendait autre chose (…) mais on repart au combat. La question est de savoir comment on rend les projets viables dans les 9 ans qui viennent sur le plateau de Saclay », a-t-elle poursuivi.

Mi-janvier, dans une lettre ouverte adressée au Premier ministre et co-signée avec Cédric Villani, également député de l’Essonne, Mme de Montchalin affirmait qu’un « report » au-delà de 2024 « serait vécu comme une véritable trahison par tous les acteurs que la promesse de développement a incités à s’installer ou à investir sur le Plateau ».

« J’ai énormément milité pour que l’arbitrage soit 2024 », est convenue Mme de Montchalin, « mais je comprends que l’un des facteurs objectifs, c’est la limitation du nombre de tunneliers disponibles. Et aujourd’hui on n’a pas les équipes, pas les financements pour faire plus », a-t-elle relevé.

Par conséquent, Mme de Montchalin et M. Villani exhortent à « une réflexion rapide et coordonnée sur un plan de transports d’urgence et de substitution d’ici à 2027 » alors que Saclay est le coeur d’un futur grand pôle scientifique et technologique.

Les deux députés demandent notamment « un plan de réinvestissement dans les transports existants à court et moyen terme », « la création de moyens de transports alternatifs, adaptés aux besoins du projet Paris-Saclay et du développement économique du territoire, à Massy, aux Ulis, vers Saint Quentin en Yvelines et jusqu’aux portes d’Orly ».

« Cette réflexion sera lancée à l’occasion de la première réunion d’un groupe de travail dédié que nous créerons dès le mois de mars », ajoutent-ils, en lançant ainsi un appel à la présidente de la Région Ile-de-France Valérie Pécresse. Cette dernière a déjà estimé jeudi que le plateau de Saclay « nécessite l’arrivée de nouveaux transports collectifs bien avant » 2027.

De son côté, le maire (LR) de Palaiseau et président de l’Union des élus pour la ligne 18 Grégoire de Lasteyrie a demandé « un moratoire sur l’ensemble des chantiers du plateau (…) le temps de faire un bilan approfondi avec l’Etat et l’ensemble des acteurs territoriaux ».