Téléchargez le Dossier 1 an d’action pour le progrès en cliquant ici : DOSSIER 1 AN WEB

Retrouvez ici le mot de Richard Ferrand, Président du Groupe La République En Marche à l’Assemblée nationale :

Une première année dense en transformations

Il y a un an, nous élisions Emmanuel Macron Président de la République. Par ce choix, nous faisions part de notre volonté de transformer en profondeur notre pays.
En lui donnant ensuite une majorité à l’Assemblée nationale, le peuple français a confirmé ce vœu tout en choisissant une féminisation et un renouvellement inédits ; parmi les 312 députés du groupe La République En Marche, 47% sont des femmes et 93% exercent ce mandat pour la première fois. Cette première année d’action fut dense et ambitieuse. Dès notre entrée en fonction, nous nous sommes saisis du projet porté par le Président de la République pour combattre les inégalités dont la première d’entre elles est le chômage de masse, pour relancer la croissance économique, pour conduire la transition environnementale et pour mieux employer l’argent des contribuables en respectant notre engagement de réduire le déficit public.
Nous savons que la conduite des transformations n’est jamais facile, que cela bouscule, crée des interrogations voire des inquiétudes. C’est pour cela que notre méthode se fonde sur le dialogue, parce qu’il faut toujours écouter pour mieux se faire entendre, parce que nous voulons faire émerger les propositions qui sont issues de la réalité quotidienne. C’est la marque de fabrique de notre action depuis la création d’En Marche.
Avec le Gouvernement dirigé par Édouard Philippe, nous menons un travail constructif et exigeant pour enrichir les nombreuses réformes lancées : restauration de la confiance en la vie publique, modernisation du Code du travail pour plus de dialogue social dans l’entreprise, adaptation de notre arsenal législatif à la menace terroriste, mise en oeuvre d’un budget ambitieux, juste et efficace, fin de l’exploration et de l’exploitation des hydrocarbures d’ici 2040.
Jamais une majorité n’aura été aussi active dès sa première année de travail. Cette action, nous pouvons la revendiquer fièrement tant elle contribue à restaurer l’image d’une France dynamique et ouverte sur le monde.
Mais ce « bilan d’étape » n’est qu’un commencement : de nombreuses transformations restent à mettre en oeuvre afin de tenir nos engagements pour un progrès partagé, un progrès pour tous. Elles demanderont la mobilisation de chacun et la détermination de tous dans le travail.
C’est sur la promesse du changement du quotidien dans tous les territoires que nous serons jugés, comme sur notre capacité à partager le sens de notre dessein progressiste et c’est en restant à l’écoute des Français sur le terrain et actifs à l’Assemblée nationale que nous réussirons.