Amélie de Montchalin était l’invitée d’Apolline de Malherbe sur BFMTV et RMC ce matin dans « Bourdin Direct ».

 

  Sur le Budget 2018 : « le travail doit payer en France »

«Le budget est juste, parce qu’il s’occupe de deux vrais grands défis : le travail doit payer en France et on doit continuer d’investir dans notre avenir (…) pour créer de l’emploi ».  Pour Amélie de Montchalin, la vraie injustice, « c’est qu’on ait autant de chômage et qu’on n’ait pas mis autant de moyens politiques pour réellement le combattre »

➡️   « L’essentiel pour les français c’est quoi : c’est qu’ils aient un emploi, on s’y attaque ; c’est que leur travail paie, on s’y attaque ; c’est qu’on investisse et qu’on forme leurs enfants, on s’y attaque ; c’est qu’on leur donne un logement accessible »

 

  Sur la réforme du logement : « Il est essentiel qu’on loge plus, qu’on loge mieux, et qu’on loge pour moins cher»

 Amélie de Montchalin est revenue sur la réforme du logement et la baisse des APL.  « L’argent public est énormément mis pour payer les loyers; on pense nous que l’argent public doit être mis pour construire» . Pour cela le gouvernement travaillera avec les bailleurs sociaux pour mettre 3 milliards dans la rénovation thermique, pour faire baisser les charges et les loyers.

➡️  « Notre but : aider les 1,5 million de familles qui attendent un logement social depuis des années »

 

Sur le rôle des députés, au-delà de voter les lois dans l’Hémicycle : « On va suivre les acteurs de près »

« Bien sur que les résultats ne sont pas immédiats : mais on va suivre l’application de ces mesures dans le temps. C’est notre métier de parlementaire : le but ce n’est pas juste de lever le bras dans l’hémicycle et qu’on considère qu’on a fait notre travail. On va suivre les acteurs de près : les intermédiaires financiers, parce qu’ils sont clés pour l’investissement ; les bailleurs sociaux, parce qu’ils sont clés pour le logement ; les syndicats et les chefs d’entreprise, parce qu’ils sont clés pour que le dialogue social évolue. »

➡️  « Au quotidien, nous négocions, nous nous battons : sur le travail, le logement, la réforme des universités, les députés sont avec les ministres, avec leurs cabinets, avec l’administration, avec le premier ministre, parce qu’on considère qu’on apporte dans le débat public un certain nombre de points à inclure dans les réformes »

 

Sur son parcours et la situation politique à droite : « J’aimerais les entendre parler de solutions »

« J’étais auprès d’Alain Juppé parce que c’était une vision de la France qui était humaniste, réformiste et européenne. Aujourd’hui je vois un humanisme très réduit quand il s’agit de parler des migrants ; la réforme, elle est brutale quand on l’écoute : on nous parle de 500.000 fonctionnaires à supprimer : pourquoi, pourquoi faire ? comment ? quel est l’objectif ? qu’est ce que ca veut dire d’être réformiste si le point d’entrée c’est le nombre de fonctionnaires ?  Moi je préfère des solutions qu’on apporte aux Français. Sur la vision européenne, je pense qu’il y a une vraie différence : Emmanuel Macron a un discours constructif là ou je trouve que le discours européen de la droite est un retour en arrière »

➡️ « Moi j’aimerais qu’il (Laurent Wauquiez) nous explique les solutions qu’il porte. Pendant le Budget, les députés LR avaient autant d’avis que de personnes. (…). J’aimerais les entendre parler de solutions, d’une ligne politique qui soit audible »

 

«Notre vrai indicateur de succès, c’est que dans un an, deux ans, trois ans, selon les réformes qu’on mène, on ait les résultats pour lesquels on travaille»

 

Retrouvez la vidéo de l’interview ici : http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/amelie-de-montchalin-face-a-apolline-de-malherbe-en-direct-997587.html