Le 9 juillet, j’étais présente au Congrès de Versailles, lors du discours d’Emmanuel Macron.

J’ai pu rappeler, notamment sur LCI, que ce n’est pas le Président seul qui réforme : c’est toute une majorité à l’Assemblée qui montre chaque jour son volontarisme. Ce n’est pas un virage social mais une vraie politique sociale qui s’appuie sur les réalités que vivent les Français qui souffrent de profondes inégalités de destin : un cap clair et un volontarisme collectif total pour que ces politiques aient enfin des résultats.

Concernant l’investissement :

  • La clé d’une économie forte, c’est l’argent qui circule dans nos entreprises
  • Ce n’est pas une réforme pour les riches : c’est la clé d’une économie forte, de l’emploi durable et c’est notre cap

Sur la question des inégalités :

  • « Mettre fin aux inégalités de destin » : c’est bien le projet de la France pour le 21ème siècle et tout le sens de notre refonte des politiques sociales pour que chacun retrouve les clés de son projet de vie
  • « Le modèle français de notre siècle doit choisir de s’attaquer aux racines profondes des inégalités de destin. Ça ne doit plus être la chance, la famille, la naissance qui commande la réussite mais le talent, le mérite ! »